J’ai testé une nuit en camping sauvage

Lors de notre petit week-end autour du lac de Constance, nous voulions dormir dans un camping. Quoi de plus naturel que le camping surtout que la météo était vraiment exceptionnelle, beau soleil et près de 35° le jour. Nous avions prévu le barbecue, tente, sac de couchage, bref tout le nécessaire. Mais voilà, notre week-end coïncide avec le début des vacances scolaires. Dans la plupart des campings, il n’est pas nécessaire de réserver.
Nous arrivions autour du lac de Constance vers 20h. Nous commencions à trouver un camping. Il affichait tous la mention : complet. Après 5 tentatives, on se rendit à l’évidence : on allait faire du camping dehors en pleine nature.
Nos ventres gargouillaient, ainsi nous avons commencé à préparer notre barbecue sur une petite aire de repos, pas loin du lac. On commence a monter le barbecue et à l’allumer tant bien que mal avec des journaux et des brindilles. 1h plus tard, on commence à faire cuire notre repas.

DSCI1426DSCI1432

Il était près de 23h lorsque nous finissions de manger. La nuit était déjà bien tombé mais fallait trouver un endroit pour dormir. On était tous très fatigués. A la première sortie, on commence à aller vers les villages perdus dans la campagne, et sur le bord d’une route se présente un petit chemin menant dans la forêt. On a décidé de s’installer là car il n’y aurait pas beaucoup de passages sur cette route. On monte la tente tant bien que mal. Le sol étant très dur, on a pas pu enfoncé toutes les sardines mais la tente tenait débout, c’était l’essentiel. On déplie les sac de couchage et on se couche aussitôt.

DSCI1439

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la nuit fut très courte, environ 2h de sommeil. Dans la nuit, le moindre petit bruit nous réveille, que ça soit les animaux qui marchent, les feuilles qui tombent et les oiseaux, sans compter les 4 voitures qui sont passées par cette route. De plus, avec l’humidité du matin, la toile de la tente était un peu trempée et comme on l’avait mal attaché, ça tombait sur nous. Puis on avait pas fait gaffe, le terrain était légèrement incliné et on dormait la tête dans la descente. Bref, maintenant que cette nuit est passée, on retient les leçons pour la prochaine nuit en camping sauvage :

– Ne pas attendre la nuit
– Trouver une surface lisse et plane
– Planter la tente comme il faut
– Acheter des boules quies

Mais nous étions heureux de ne pas

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de